Faire gagner la gauche...

Publié le par Jean-Philippe GARCIA Secrétaire de Section

Comité de soutien à Ségolène Royal

Canton de Martigues-Ouest

Conférence de presse du 12-04-07

 

Intervention de Christian CAROZ

Je me dois, d’abord, d’expliquer en quelques mots notre présence côte à côte, Jean-Philippe Garcia et moi-même. Un responsable du Parti Socialiste, d’un côté, et un élu Gauche Citoyenne, de l’autre. Un rapprochement qui peut sembler naturel, au vu des positions que nous défendons, les uns et les autres, mais qui était pourtant inconcevable il y a peu, chacun le sait bien. Et je voudrais, à cet égard, tirer un coup de chapeau à Jean-Philippe Garcia pour le travail qu’il a accompli en quelques mois. Non seulement il a su donner une dynamique nouvelle au Parti Socialiste sur Port-de-Bouc, lui permettre de s’affirmer en prenant son autonomie vis-à-vis du parti Communiste, ce qui ne s’était peut-être jamais vu sur cette commune… et cela dans des conditions particulièrement difficiles, les événements de ces derniers jours viennent encore nous le rappeler.

A ce propos, je tiens à apporter tout mon soutien aux socialistes de Port-de-Bouc, aux militants et aux élus, qui se trouvent confrontés à la décision dictatoriale et illégale du maire de cette commune de dissoudre le groupe socialiste au conseil municipal. Une pratique qui rejoint celles que nous vivons nous aussi au conseil municipal de Martigues où le maire nous interdit, en toute illégalité, de prendre la parole ou de présenter des amendements.

Donc je rends hommage à Jean-Philippe Garcia d’avoir aussi su rassembler, au-delà de Port-de-Bouc, les forces de gauche qui se tournent vers l’avenir. Les forces de gauche qui ne se contentent pas d’un repli frileux sur les combats du siècle passé mais qui prennent en compte les enjeux du monde d’aujourd’hui. Notamment la création de nouvelles solidarités pour affronter la mondialisation libérale, la promotion des énergies nouvelles et des modes alternatifs de transport afin de combattre le réchauffement climatique ou encore la mise en œuvre de la démocratie participative pour donner la parole aux citoyens et les responsabiliser.

Cette gauche nouvelle, moderne, qui allie socialisme, écologie et citoyenneté, pour reprendre les valeurs derrières lesquelles nous, Gauche Citoyenne, nous rassemblons mais dont nous ne prétendons pas avoir le monopole, cette gauche nouvelle a besoin de rassembler toutes ses composantes afin de l’emporter dans ce secteur lors des prochains combats électoraux tant nationaux que locaux.

Et je dois remercier Jean-Philippe Garcia d’avoir pris l’initiative de renouer des liens, de rétablir des ponts, là où les aléas de la vie politique avaient creusé des fossés. La première de ces échéances politiques que nous avons décidée d’aborder ensemble, c’est l’élection présidentielle. En effet, après un débat et un vote au sein de notre propre structure, la Gauche Citoyenne, nous nous sommes rejoints dans la soutien à la candidature de Ségolène Royal. C’est pourquoi j’ai accepté avec plaisir, ainsi que me le proposait Jean-Philippe Garcia, d’assumer avec lui la co-présidence du comité de soutien à Ségolène Royal sur ce canton de Martigues-Ouest.

Pourquoi appelons-nous à voter Ségolène Royal ?

Pour une double raison. Parce que la gauche a besoin à la fois de se rassembler, mais aussi de se renouveler afin de l’emporter le 6 mai prochain. Se rassembler, d’abord, pour éviter un nouveau 21 avril, bien sûr, mais aussi et surtout pour créer la dynamique victorieuse du second tour. En effet, c’est l’ampleur du score obtenu au soir du 22 avril qui donnera l’élan pour l’emporter le 6 mai. A cet égard, j’ai personnellement nombre d’amis dans diverses sensibilités de gauche qui ont décidé de présenter leur propre candidat au 1er tour et je voudrais m’adresser à eux. Je comprends le besoin qu’ils éprouvent de faire entendre leur voix, d’exprimer leurs propres propositions. Et il est vrai que la diversité de la gauche fait aussi sa richesse et qu’il appartient au Parti Socialiste, parce qu’il est le parti dominant de cette gauche, de trouver les modalités permettant à ces autres sensibilités d’être effectivement représentées et associées à l’exercice du pouvoir. Mais face à une droite multiforme, qui s’emploie à brouiller les pistes, à prétendre incarner en son sein le changement et la rupture, la gauche ne peut s’offrir une deuxième fois le luxe de la dispersion.

Une gauche rassemblée, donc, mais aussi une gauche renouvelée.

En effet, l’échec de 2002 ne s’explique pas seulement par la multiplicité des candidatures à gauche, il résulte aussi d’une difficulté à trouver un élan nouveau après cinq ans d’exercice du pouvoir. Or Ségolène Royal nous apporte aujourd’hui cette approche nouvelle de l’action politique. Elle parle un langage clair et direct. Elle écoute les préoccupations concrètes des citoyens. Elle veut promouvoir la démocratie participative qui nous est chère. Autant de changements de pratiques indispensables pour redonner confiance aux citoyens et porter un projet politique mobilisateur. Face à une droite qui ne pense qu’à accroître les privilèges des plus riches et qui croit qu’il suffit de faire des discours pour sauver l’environnement de la planète, Ségolène Royal énonce des propositions précises et concrètes afin d’agir efficacement.

Qu’il s’agisse de l’emploi, avec une attention particulière à la situation des jeunes et la recherche d’un partenariat donnant-donnant avec les PME… qu’il s’agisse de la lutte contre le changement climatique, avec la mise en œuvre d’alternatives énergétiques… qu’il s’agisse de l’éducation, avec l’organisation d’un soutien scolaire gratuit pour tous… qu’il s’agisse, également, du fonctionnement de nos institutions avec l’instauration du mandat unique et la systématisation de l’intervention des citoyens dans la vie politique…

Sur tous ces sujets, comment ne serions-nous pas d’accord avec Ségolène Royal, alors que ses propositions rejoignent le travail que nous essayons de mener nous-mêmes, à notre niveau, sur le terrain local de Martigues et de sa région ?

Dans ces conditions, notre soutien à sa candidature est naturel et nous nous réjouissons qu’il ait pu s’organiser de manière concertée avec le Parti Socialiste.

Nous espérons que cette identité de vue se poursuivra pour les prochaines échéances électorales. Je crois que nous aspirons tous à un renouvellement des méthodes et des priorités sur ce canton et sur tout le territoire de la Communauté d’Agglomération de l’Ouest de l’Etang de Berre. Je suis donc persuadé qu’ensemble, dans la foulée de la victoire de Ségolène Royal et parce que nous en avons la volonté, nous ferons triompher ici la gauche novatrice et imaginative, tournée vers le XXIème siècle que les populations de cette région attendent.

Publié dans Les présidentielles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article